Trois attitudes pour résister dans l’épreuve

Trois attitudes pour résister dans l'épreuve

Il n’est pas toujours facile, dans le combat ou l’épreuve, de résister. Comment faire, concrètement ?

Dans sa lettre aux Philippiens (1), Saint Paul propose 3 attitudes pour résister :

  1. tenir bon (en s’appuyant sur Dieu !)
  2. rester toujours dans la joie de Dieu
  3. en toute circonstance, prier et supplier, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu nos demandes

Car si Dieu est pour nous un Père, comment ne pourrait-il pas entendre nos demandes ? La prière en est le moyen.

Saint Paul précise aussi qu’il faut “rendre grâce” : qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire remercier. Mais pourquoi remercier Dieu d’une épreuve qui nous arrive, comme le Coronavirus ?

Sauf à être masochiste, n’est-ce pas incompréhensible ? A moins qu’il y ait du bon dans l’épreuve ? Même si nous pouvons regretter l’épreuve et rejeter la souffrance qu’elle implique, il y a peut-être cependant un sens caché à trouver : et si, finalement, si Dieu a permis l’épreuve, ce serait pour un plus grand bien ? Pour plus d’amour ?

Et puis, n’est-ce pas un peu fou aussi de nous demander d’être dans la joie ?

Saint Paul invite donc ceux qui sont dans l’épreuve, encore et toujours à se tourner vers Dieu. Le fruit de cette prière ? C’est bien simple, promet-il, elle produit la paix : “La paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées”.

Vous ne serez donc pas déçus ! Et voici le secret des secrets : cette force pour résister dans l’épreuve et qui vous permet de “tenir bon”, on la trouve justement en Jésus, peut-on encore lire dans ce passage : “Je peux tout en celui qui me donne la force.”

Alors, si nous demandions à Dieu de nous donner la force, sans doute nous exaucera-t-il ?

 

 


Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens

01 Ainsi, mes frères bien-aimés pour qui j’ai tant d’affection, vous, ma joie et ma couronne, tenez bon dans le Seigneur, mes bien-aimés.

02 J’exhorte Évodie, j’exhorte aussi Syntykhè, à se mettre d’accord dans le Seigneur.

03 Oui, je te le demande à toi aussi, mon vrai compagnon d’effort, viens-leur en aide, à elles qui ont lutté avec moi pour l’annonce de l’Évangile, ainsi que Clément et mes autres collaborateurs, dont les noms se trouvent au livre de vie.

04 Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie.

05 Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche.

06 Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes.

07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.

08 Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le en compte.

09 Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.

10 J’ai éprouvé une grande joie dans le Seigneur à voir maintenant refleurir vos bonnes dispositions pour moi : elles étaient bien vivantes, mais vous n’aviez pas occasion de les montrer.

11 Ce ne sont pas les privations qui me font parler ainsi, car j’ai appris à me contenter de ce que j’ai.

12 Je sais vivre de peu, je sais aussi être dans l’abondance. J’ai été formé à tout et pour tout : à être rassasié et à souffrir la faim, à être dans l’abondance et dans les privations.

13 Je peux tout en celui qui me donne la force.

(1) 1 Ph 4, 1-23


commentaires

  1. Winston Churchill était du même avis :
    «Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté.»
    « Que rien ne te trouble, que rien ne t’épouvante, tout passe. Dieu seul suffit » rajouterait sainte Thérèse d’Avila

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *