Dans une crise, comment trouver la bonne attitude ? 

Dans une crise, comment trouver la bonne attitude ? 

Dans une crise, quelle qu’en soit la nature, il est toujours difficile de trouver la bonne attitude. Il faut d’abord trouver le bon remède, et pour cela, la cause du mal.

Pour ceux qui aiment la sagesse de la Bible, un épisode nous apporte un éclairage particulier. C’est celui où Samuel, régnant sur Israël mais devenu vieux, a établit ses fils aux plus hauts postes (1). Mais, « ses fils ne marchèrent pas sur ses traces : attirés par le gain, ils acceptèrent des cadeaux et firent dévier le droit ». Aussi, tous les anciens d’Israël se réunirent vinrent trouver Samuel et lui dirent : « Tu es devenu vieux, et tes fils ne marchent pas sur tes traces. Maintenant donc, établis, pour nous gouverner, un roi comme en ont toutes les nations. »

Ne pas se tromper de diagnostic

C’est bel et bien la crise, mais au lieu de trouver une solution à cette crise, les Anciens réclament un roi, ce qui n’enlève rien au problème de départ. Et n’était pas dans le plan initial de Dieu. Le texte précise : « Samuel fut mécontent parce qu’ils avaient dit : « Donne-nous un roi pour nous gouverner », et il se mit à prier le Seigneur. » Alors le Seigneur lui répondit : « Écoute la voix du peuple en tout ce qu’ils te diront. Ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi qu’ils rejettent : ils ne veulent pas que je règne sur eux ! ».

On voit bien ici le problème de discernement (le même mot que crise, en grec) des Anciens : la véritable raison de la crise est que les administrateurs mis en place par Samuel, ses propres fils, étaient corrompus, véreux, malhonnêtes et donc sans justice dans leurs jugements. On pouvait les acheter par des avantages de toute nature ou par des pots de vins ! Peu leur importait l’intérêt général, le bien commun, l’avenir du peuple qui leur était confié. Les Anciens font-il semblant d’ignorer ce problème ? S’en rendent-ils compte ?

Crever l’abcès ?

Le problème posé à Samuel « nous avons besoin d’un roi » n’est pas vraiment le problème. Il est mal posé ! Et nous, posons-nous toujours bien le vrai problème ? Demandons toujours à Dieu, s’il existe, de nous indiquer le vrai problème, pour poser le bon diagnostic ? Quelle est notre réaction face au problème : est-elle la bonne ? Quelle décision prenons-nous ? Est-elle la bonne ? A chacun de nous d’examiner consciemment la question, loin de tout intérêt personnel, en sachant que nous pouvons nous tromper, être sur la mauvaise route.

Dans cette crise, Dieu nous donne un éclairage sur le vrai problème  : « ils ne veulent pas que je règne sur eux ! ». Et si c’était la même chose, pour la crise sanitaire ? Suis-je d’accord pour que Dieu règne sur ma vie ? Suis-je prêt à me tourner vers lui, à lui ouvrir la porte de mon coeur ?

Et si la crise du Coronavirus était le résultat de notre oubli de Dieu, qui a bien souvent disparu de notre horizon ? Essayons de nous tourner vers lui, et peut-être alors nous y verrons plus clair.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *